Les espaces transculturels de la dramaturgie québécoise

Une analyse géocriticienne de la diversité entre 1975 et 1996

Dans la thèse, nous proposerons d’étudier l’espace transculturel sous son aspect esthétique à travers des pièces de théâtre écrites par des écrivains québécois d’origines différentes. Les recherches se concentreront sur le changement de la perception et de la description de l’espace. L’originalité de la thèse consistera à décrire l’espace transculturel québécois durant les années 1975 à 1996, correspondant à la revue interculturelle Dérives et à la revue transculturelle ViceVersa. Cette période, marquée par deux grands référendums influençant les modes d’expression artistique, donne naissance à une nouvelle génération d’auteurs dramatiques qui voulaient redessiner les frontières artistiques. Ces jeunes auteurs nous dévoileront une nouvelle écriture dramaturgique.

Les recherches s’organiseront autours de trois axes principaux: 1. espaces intimes ; 2. espaces syncrétiques; 3. espaces cosmopolites se développant dans le contexte transculturel. Elles consisteront à comparer plusieurs pièces : les ouvrages de David Fennario et Larry Tremblay seront prises en considération pour capter les espaces intimes, les pièces de Marco Micone et Abla Farhoud aideront à établir les espaces syncrétiques, les travaux de Jean-Pierre Ronfard et Robert Lepage nous feront découvrir des espaces cosmopolites.

L’analyse sera effectuée en premier lieu à l’aide d’une nouvelle critique et méthodologie littéraire, celle de la géocritique de Bertrand Westphal, basée sur l’espace représenté dans le texte. En deuxième lieu, le travail portera l’attention sur l’espace de la représentation. Nous allons recourir à un décodage, toujours géocentré, de l’organisation dans l’espace de la representation. La technique de ce décodage s’inspire de la géosémiotique de Scollon et Scollon, et le système des 13 signes théâtraux établis par Tadeusz Kowzan. Cette technique se définira comme une approche hybride, aboutissant à une géosémiotique scénique. Cette dernière respectera les prémisses de la géocritique.